Recherche

On dit classiquement de cette profession, qu’elle se situe au carrefour de plusieurs sciences.

En effet, pour ce construire sa propre identité, elle s’est appuyée sur les connaissances scientifiques empruntées à la pédagogie, la psychologie, la psychanalyse, à la médecine.

Cependant, le psychomotricien n’est ni kinésithérapeute, ni professeur de sport, car il ne vise pas directement à améliorer l’efficience motrice ou la récupération d’atteintes motrices.

S’il peut contribuer à aider l’enfant dans sa scolarité, il n’est ni rééducateur scolaire, ni psychologue, ni ergothérapeute.

La psychomotricité est maintenant reconnue à part entière dans l’accompagnement de la personne en difficulté. Sa spécificité est de considérer l’être humain dans sa globalité.

Son mode d’action est avant tout d’agir avec le corps, mais en ayant à l’esprit que le corps, l’affectivité, l’expressivité, les dimensions cognitives et relationnelles, sont indissociables, et qu’un travail corporel aura des répercussions dans tous les autres domaines.

Elle fait sien de l’adage bien connu « bien dans son corps, bien dans sa tête ».

La psychomotricité permet d’exprimer ses difficultés, psychologiques ou relationnelles autrement que par la parole.

Les progrès observés seront profondément ancrés et plus durables, car ils prennent leur fondement sur des expériences vécues, sur des ressentis.


Date de création : 01/03/2015 : 09:46
Dernière modification : 01/03/2015 : 09:46
Catégorie : -
Page lue 1895 fois